Le hongrois avec András

Le hongrois avec András

Le verbe – le conditionnel

Le conditionnel présent

 

La marque de cette forme verbale est le suffixe aux variantes -(a)ná/-(e)né ajouté à la racine ou au thème* du verbe, sauf à la 3e personne du singulier, conjugaison indéfinie, où ses variantes sont -(a)na/-(e)ne. Après la marque on ajoute les terminaisons personnelles. Le variantes de la marque et des terminaisons sont en général déterminées par les sons par lesquels se termine la racine/le thème et par les règles de l’harmonie vocalique. Exemples :

 

Conjugaison indéfinie :

 

vár attendre   énekel chanter
         
várk j’attendrais   énekelk je chanterais
várl tu attendrais   énekell tu chanterais
várna il/elle attendrait   énekelne il/elle chanterait
várnk nous attendrions   énekelnk nous chanterions
vártok vous attendriez   énekeltek vous chanteriez
várnak ils/elles attendraient   énekelnek ils/elles chanteraient

 

Conjugaison définie :

 

várm je l’/les attendrais   énekelm je le/la/ les chanterais
várd tu l’/les attendrais   énekeld tu le/la/ les chanterais
vár il/elle l’/les attendrait   énekel il/elle le/la/ les chanterait
várnk nous l’/les attendrions   énekelnk nous le/la/ les chanterions
vártok vous l’/les attendriez   énekeltek vous le/la/ les chanteriez
várk ils/elles l’/les attendraient   énekelk ils/elles le/la/ les chanteraient

 

Les variantes de suffixes à voyelle avant le n sont utilisées dans le cas de la plupart des verbes dont la racine/le thème se termine en deux consonnes ou en voyelle longue + t. Exemples :

 

mond 'dire'

 

Conjugaison indéfinie Conjugaison définie
   
mandak mondam
mondal mondad
mondana monda
mondank mondank
mondatok mondatok
mondanak mondak

 

segít 'aider'

 

Conjugaison indéfinie Conjugaison définie
   
segítek segítem
segítel segíted
segítene segíte
segítenk segítenk
segítetek segítetek
segítenek segítek

 

Remarques :

 

• À la 1ère personne du singulier, conjugaison indéfinie, le suffixe ne respecte pas la règle de l’harmonie vocalique, étant -nék pour tous les verbes, sans tenir compte de leurs autres voyelles.

• À la 1ère et à la 2e personnes du pluriel, les terminaisons sont les mêmes aux deux conjugaisons.

• Le verbe fürdik 'se baigner' a la particulatité de recevoir la voyelle ö avant la consonne finale de sa racine, à toutes les personne : fürödnék, etc.

 

Verbes irréguliers (formes donnés à la 3e personne du singulier, conjugaison idéfinie)

 

Le verbe kell 'falloir' a deux formes synonymes de conditionnel présent : kellene et kéne.

 

Le verbe correspondant à 'être' a lui aussi deux formes, à partir de deux radicaux différents : lenne et volna.

 

Verbes dont la consonne finale de racine change en n :

 

eszik 'manger' : enne

hisz 'croire' : hinne

iszik 'boire' : innna

megy 'aller' : menne

tesz 'mettre' : tenne

vesz 'prendre' : venne

visz 'porter' : vinne

 

Autres verbes irréguliers :

 

alszik 'dormir' : aludna

fekszik 'être couché' : feküdne

 

Le conditionnel passé

 

Le passé du conditionnel est une forme composée du verbe à sens plein à l’indicatif passé + volna, l’un des synonymes du verbe correspondant à 'être' au conditionnel présent, 3e personne du singulier. C’est le verbe à sens plein qui varie en nombre et en personne, alors que l’auxiliaire est invariable. Leur ordre est également invariable:

 

Conjugaison indéfinie :

 

vártam

vártál

várt

vártunk

vártatok

vártak

volna

j’aurais

tu aurais

il/elle aurait

nous aurions

vous auriez

ils/elles auraient

attendu

 

Conjugaison définie :

 

vártam

vártad

várta

vártuk

vártátok

várták

volna

je l’/les aurais

tu l’/les aurais

il/elle l’/les aurait

nous l’/les aurions

vous l’/les auriez

ils/elles l’/les auraient

attendu(e)(s)

 

La seule particularité au conditionnel passé est que le verbe correspondant à 'être' a cette forme avec lett, l’indicatif passé du verbe lesz : lett volna 'aurait été'. D’autres exemples au conditionnel passé : tettem volna 'j’aurais mis', tudtam volna 'j’aurais su', nem mentem volna el 'je ne serais pas parti(e)', kellett volna 'il aurait fallu', foglaltunk volna 'nous aurions réservé'.

 

Emploi du conditionnel

 

À la différence du français, le conditionnel est employé pour le verbe de la proposition subordonnée conditionnelle introduite par ha 'si', tout comme pour le verbe de la proposition principale : Mondanék valamit, ha tudnék. 'Je dirais quelque chose si je savais', Ha tudtam volna, nem mentem volna el 'Si j’avais su, je ne serais pas parti(e)'.

 

_______________________

 

* Le thème d’un verbe est constitué de sa racine + au moins un suffixe. Par exemple le verbe énekel 'chanter' est formé de la racie ének 'chant, chanson' et du suffixe formateur de verbes -el.

 

Exercices :

 

Leçon 25, 3

Leçon 25, 4

Leçon 26, 2

Leçon 26, 3



02/12/2014
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 190 autres membres