Le hongrois avec András

Le hongrois avec András

Le verbe – les modes impersonnels

L’infinitif

 

L’infinitif hongrois se forme avec le suffixe -ni ajouté à la racine ou au thème* de tous les verbes. Il ne diffère pas selon que le verbe à l’infinitif a un COD défini ou non. Il est en général employé dans les mêmes situations que l’infinitif français, pour exprimer une action subordonnée effectuée par le même sujet que celui du verbe qui le subordonne. Cependant, en hongrois, lorsque le verbe subordonnant l’infinitif est impersonnel, la personne qui effectue son action peut être précisée. Dans ce cas, il prend des terminaisons personnelles, qui coïncident avec les suffixes exprimant la personne du possesseur. Le i du suffixe de l’infinitif se conserve à la 3e personne du singulier et du pluriel et tombe aux autres personnes.

 

Exemples :

 

Infinitif à sujet général Infinitif à sujet précisé
Szükséges dolgozni 'Il est nécessaire de travailler' Szükséges dolgoznom
dolgoznod
dolgoznia
dolgoznunk
dolgoznotok
dolgozniuk
'Il est nécessaire que je travaille'
que tu travailles'
qu’il/elle travaille'
que nous travaillions'
que vous travailliez'
qu’ils/elles travaillent'
Oda kell menni 'Il faut y aller' Oda kell mennem
menned
mennie
mennünk
mennetek
menniük
'Il faut que j’y aille'
que tu y ailles'
qu’il/elle y aille'
que nous y allions'
que vous y alliez'
qu’ils/elles y aillent'
Nem kell eljönni 'Il ne faut pas venir' Nem kell eljönnöm
eljönnöd
eljönnie
eljönnünk
eljönnötök
eljönniük
'Il ne faut pas que je vienne'
que tu viennes'
qu’il/elle vienne'
que nous venions'
que vous veniez'
qu’ils/elles viennent'

 

Le participe présent

 

Le participe présent se forme avec le suffixe -ó/-ő ajouté à la racine ou au thème du verbe. Exemples : mos 'laver' – mosó 'lavant, qui lave', repül 'voler' – repülő 'volant', hallgathat (verbe à suffixe potentiel) 'pouvoir écouter' – hallgatható 'pouvant / qui peut être écouté', építtet (verbe à suffixe factitif) 'faire construire' – építtető 'faisant / qui fait construire'.

 

Verbes qui perdent la voyelle précédant la consonne finale de leur racine :

ellenőriz 'contrôler' : ellenőrző

érez 'sentir' : érző

mozog 'bouger' : mozgó

 

Verbes irréguliers :

correspondant de 'être' : való ou levő/lévő

alszik 'dormir' : alvó

fekszik 'être couché' : fekvő

hisz 'croire' : hívő

jön 'venir' : jövő

megy 'aller' : menő

tesz 'mettre' : tevő

vesz 'prendre' : vevő

visz 'porter' : vivő

 

Le participe présent a deux valeurs:

• Sa valeur principale est adjectivale: a táncoló lány 'la fille qui danse', szerető anya 'une mère aimante'. Avec cette valeur, il est présent dans beaucoup de mots composés : mosógép 'machine à laver' (littéralement 'machine qui lave'), repülőgép 'avion' (litt. 'machine volante').

• De sa valeur adjectivale découle son emploi substantival. Ainsi, szerető en tant que nom signifie 'amant' et 'maîtresse'. Beaucoup de noms ayant la forme de participe présent ont des sens spécifiques:

– des noms d’occupations, de métiers et de professions : rajzol 'dessiner' > rajzoló 'dessinateur', tanul 'apprendre' > tanuló 'apprenant, élève', elad 'vendre' > eladó 'vendeur', fest 'peindre' > festő 'peintre', rendez '1. ranger ; 2. mettre en scène' > rendező 'metteur en scène, réalisateur' ;

– des noms désignant les endroits où ont lieu les actions exprimés par les verbes correspondants : öltözik 's’habiller' > öltöző 'vestiaire', sörözik 'boire de la bière' > söröző 'brasserie (où on boit de la bière)', süt 'faire cuire au four' > sütő 'four (partie de la cuisinière)'.

 

Le participe passé

 

Cette forme est identique à celle du passé de l’indicatif, 3e personne du singulier, conjugaison indéfinie. Il est utilisé en tant qu’adjectif. Exemples : a fáradt ember 'l’homme fatigué', egy volt templom 'une ancienne église' (volt signifiant littéralement 'qui fut').

 

Le gérondif

 

Il se forme de la racine ou du thème du verbe, avec le suffixe -va/-vel. Exemples : lát 'voir' – látva 'en voyant', kér 'demander' – kérve 'en demandant'.

 

Le verbe fürdik 'se baigner' reçoit la voyelle ö avant la consonne finale de sa racine : fürödve.

 

Verbes irréguliers :

lesz 'être' au futur : lévén (avec un suffixe ancien, qui n’est plus utilisé pour d’autres verbes)

alszik 'dormir' : alva

fekszik 'être couché' : fekve

jön 'venir' : jőve

megy 'aller' : menve

tesz 'mettre' : téve

vesz 'prendre' : véve

 

Ce mode est utilisé avec deux valeurs :

• une valeur verbale, comme le gérondif français : Labdázva törték be az ablakot 'C’est en jouant au ballon qu’Ils ont cassé la vitre' ;

• une valeur adjectivale, correspondant dans ce cas au participe passé français. Dans cette qualité, le gérondif hongrois sert à former des constructions semblables au passif français, avec le verbe van/nincs/volt/lesz 'être', mais en général sans complément d’agent. Quant à l’ordre des éléments de cette construction :

– En phrase affirmative, si le verbe à sens plein n’a pas de préfixe, le verbe 'être' suit le gérondif : Az ajtó nyitva volt 'La porte était ouverte'.

– En phrase affirmative, si le verbe a un préfixe, le verbe 'être' est placé entre le préfixe et le gérondif : A csap el van zárva 'Le robinet est fermé'.

– En phrase négative, le verbe 'être' précède le gérondif avec ou avec préfixe : Az ajtó nem volt nyitva 'La porte n’était pas ouverte', A csap nincs elzárva 'Le robinet n’est pas fermé'.

 

________________________

 

* Le thème d’un verbe est constitué de sa racine + au moins un suffixe.

 

Exercices :

 

Leçon 17, 5

Leçon 19, 4

Leçon 26, 8

Leçon 27, 1

Leçon 27, 2

Leçon 27, 3



03/12/2014
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 188 autres membres